‘Cameroonians Will Travel Easily to Italy’

Related Articles

Lejeune Mbella Mbella, Minister of External Relations, talks on possible visa exemptions.

Mr. Minister, What is the importance of this agreement between Cameroon-Italy on visa exemption for holders of diplomatic or service passport?

Lejeune Mbella Mbella
Lejeune Mbella Mbella

The importance is that from now on, when the bill will be ratified by the Head of State, Cameroonians will go very easily to Italy based on the fact that we have signed this agreement.

Why is the agreement limited only to holders of diplomatic and service passports?

These are the rules in all the countries. You cannot give free visa to all citizens firstly because of security reasons. The embassies have to make sure that those who are travelling to their country are people who cannot cause any problem. Secondly, because it is a matter of courtesy in all the countries in the international community, people who are entitled to have diplomatic passports or service passports are treated with due respect.

Are there no possible disadvantages to free visa requirement?

No. Except if the person is what we call undesirable. He may be refused the visa but apart from that if you have not been noted as being a nuisance to any country, the visa can be given very easily and free.

How will this visa free agreement enhance commercial ties between Cameroon and Italy when it is limited to a particular class of citizens?

You should know that the service passport has been extended to various categories of citizens in our country. Many people do not know that even those who are business people according to the laws and regulations are entitled to service passports. So, it’s a great number of persons who will be travelling either for business, commercial or even for holidays. You can also travel for a visit or for tourism. All these conditions are catered for in the agreement.

Cameroon Tribune

Read More

Fight Against Terrorism: United States Promises More Support

Related Articles

The U. S Ambassador was yesterday, June 30 received in audience at the State House by President Biya.

Cooperation between Cameroon and the United States was again balanced on the scale yesterday, June 30, during a one-hour audience; the Head of State President Paul Biya accorded the U.S Ambassador, Michael Hoza. The meeting which stretched from 12 noon to 1pm was occasion for President Biya and Michael Hoza to renew the commitment of the two countries to fight terrorism in the Far North Region and to take the fight right to the end.

“As I have said before, Boko Haram is more dangerous than ever. We have had some success but the fight continues”, Hoza told pressmen after the audience. The United States which has so far supported Cameroon as well as the establishment of the Multinational Joint Task Force (MNJTF) and which is actively partnering with the MNJTF signatory countries (Cameroon, Chad, Niger, Nigeria, and Benin) in their counter Boko Haram efforts by providing advisors, intelligence, training, logistical support and equipment is visibly determined to provide additional support in the same vein. “We spoke about expanding cooperation between our two countries notably security services and also additional support for the Cameroon military in terms of equipment and training, the details of which will become evident in future”, Michael Hoza said.

Cameroon it should be recalled has been quite appreciative of the support the United States has been sending in to help in the fight against the terrorist group. Memories are still fresh on the 300 American troops sent to Cameroon along with surveillance drones to bolster effort to counter the insurgents. The troops have been assigned by the American government to conduct airborne intelligence, surveillance, and reconnaissance operations in the areas targeted by Boko Haram. In spite of the positive results registered so far, the U.S government wants to go the extra mile to ensure that the war is fully won. Without giving further details, the American diplomat sounded assuring in the following conclusive words, “rest assured that our cooperation is growing.”

Cameroon Tribune

Read More

Interview: “Nearly FCFA 20 Billion Recovered”

Related Articles

Alfred Etom, Coordinator, National Anti-Corruption Strategy, National Anti-Corruption Commission (NACC), talks on the commission’s latest report.

The National Anti-Corruption Commission’s 2014 Anti-Corruption Status Report unveils fabulous sums of State funds embezzled. How much of these embezzled funds have been recovered?

Let me first recall that this report does not only contain activities carried out by the NACC, but also by other ministries and institutions with the aim of fighting corruption. In 2014, the Special Criminal Court recovered more than FCFA 7 billion. More than FCFA 3 billion was recovered by the Supreme Court. The Council for Financial and Budgetary Discipline also recovered more than FCFA 3 billion.

Vote holders were fined to the tune of FCFA 70 million, while NACC recovered FCFA 6 billion this year. So, nearly FCFA 20 billion of ill-gotten funds have been recovered since 2014. Specifically, the funds were recovered on the national territory. Although the process of recovering ill-gotten wealth hidden abroad is complex, it is ongoing.

Does this indicate an evolution in the recovery of embezzled State’s assets?

Yes, because Cameroonians are more and more cooperative. At the beginning, it was not easy, but they have noticed that we are committed. Once NACC is after you, we do not give up until we have the expected results. Now that we have developed our visibility, Cameroonians have a greater tendency to trust us. And this trust is motivation for us to keep working. This also accounts for the results achieved so far.

What are some of the challenges in this task?

One of the challenges we have to overcome is that we do not have regional branches. For us to carry out an effective fight to downscale corruption, we have to be close to the population. When people send us their tip-offs, it takes time for NACC to react just because we are far from them. It slows down the process and frustrates those who report corruption cases.

The report also talks of only 27 per cent rate of implementation of Regional Anti-Corruption Action Plans. What is your take on this?

The 27.3 per cent was in 2014. Then, we thought there was no real will to tackle the issue of corruption in the regions for many reasons. One of the reasons is that Regional Inspectorates of Service were not well-equipped to carry out anti-corruption actions, initiatives and investigations. Secondly, there was also lack of will to combat corruption because they thought that NACC only fought against big corruption, which is wrong. The third reason is that they themselves fed on corruption. It is difficult for somebody who feeds on corruption to fight corruption.

Ever since, the situation has improved to about 30 per cent today. Things have improved.

Cameroon Tribune

Read More

Cameroon: President Biya Returns Home

Related Articles

The Head of State was welcomed at the Nsimalen International Airport Saturday, June 25, 2016 by his collaborators and a medley of dance groups.

The air of happiness and satisfaction swept across the population that out at the Nsimalen International Airport to welcome back the Head of State, President Paul Biya from praivate visit to Europe. With all protocol respected, all the top officials were present at the airport. Several dance groups notably from the Mfoundi and Mefou Afamba Divisions presented by militants of the Cameroon People’s Democratic Movement (CPDM) equally answered present at the premises of the Presidential Lounge.

The plane transporting the Head of State touched down at exactly 4:20 PM. At the foot of the plane to welcome him were: The President of the Senate, Senator Marcel Niat Njifenji, the Speaker of the National Assembly, Rt. Hon Cavaye Yeguie Djibril, the Prime Minister, Head of Government, Philemon Yang and the Minister Secretary General at the Presidency, Ferdinand Ngoh Ngoh.

Sveeral other officials who were equally present welcomed him at the entrance to the Presidential Lounge. It was a ceremony in which all official ritual was respected. After descending fron the plane, the President proceeded to the Presidential Lounge from where he waved at the population and dance groups at the exit before to the audience room.

From all indication, it was not just a simple procedural welcome ceremony considering the lenght of time the Head of State gave to the four audiences he granted. Each of the audiences averaged 15 minutes. No information filtered out of the discussions. What is clear however is that he spoke to Senator Marcel Niat Njifenji, Rt. Hon Cavaye Yeguie Djibril, P.M. Philemon Yang and Minister Secretary General, Ferdinand Ngoh Ngoh. In all, it took well one hour for President Biya to descend from the plane, shake hands with his collaborators, grant audiences and salute the jubilant population before retiring to the State House.

Cameroon Tribune

Read More

Christopher Fomunyoh : « Au Cameroun, le feu couve sous les cendres »

Related Articles

Le fondateur de la Fomunyoh Foundation, organisation promouvant la démocratie et les droits de l’homme basée à Bamenda, ne fait pas mystère de ses ambitions au Cameroun, où la succession du président Biya est devenue un sujet incontournable. De passage à Paris, il a répondu aux questions de Jeune Afrique.

À 59 ans, le Camerounais Christopher Fomunyoh est le directeur Afrique du National Democratic Institute, un think tank américain proche du Parti démocrate qui essaie de promouvoir la démocratie dans le monde. Il est aussi le créateur d’une fondation à son nom, qui intervient dans les domaines de la démocratie et du social au Cameroun. De retour d’une mission dans son pays d’origine et au Gabon, Christopher Fomunyoh a rendu visite à Jeune Afrique, avant de rejoindre Washington.

Jeune Afrique : Comment va le Cameroun ?

Christopher Fomunyoh : En apparence, la sérénité prévaut. Mais en réalité, le pays ne va pas bien du tout. Je l’ai traversé de long et en large. Pas une région n’échappe à la morosité et à la frustration. Les gens ne se sentent pas écoutés… Si vous ajoutez à cela le climat créé par les multiples appels au président Paul Biya à se représenter, je dirais que le feu couve sous les cendres. On n’est pas à l’abri d’une surprise : l’irruption d’une crise majeure dans ce calme trompeur. Pour éviter cela, il faut des discussions plus ouvertes, qui associent les citoyens. C’est le sentiment d’être tenus à l’écard qui pousse les gens dans la rue.

Pourquoi le Cameroun n’est-il pas meilleur en dépit de ses atouts ?

Dans de nombreux domaines, le pays boitille. L’exécutif concentre tous les pouvoirs, comme l’y autorise la Constitution. Le législatif et le judiciaire ne fonctionnent plus, et les citoyens ne leur font pas confiance pour les représenter. Il faudrait un rééquilibrage. Sur le plan économique, au regard des ressources naturelles et humaines, le Cameroun ne tient pas ses promesses. Il y a un fossé entre les discours affichés et les moyens mis en œuvre. Alors qu’on voudrait attirer les investisseurs, il n’y a pas d’infrastructures appropriées pour des activités économiques de grande envergure.

Vous pointez du doigt un problème majeur de gouvernance…

En effet. La Côte d’Ivoire, pays comparable, qui a pourtant connu de graves crises, s’en sort mieux, bien que ses problèmes ne soient pas tous résolus. Il y a une belle détermination à bien gouverner qui attire les investisseurs. Le Cameroun, lui, semble à l’arrêt. Personne ne prend de décision. Ou alors « sur haute instruction » d’un seul individu. Cela n’est de nature ni à attirer les investisseurs, ni à créer les conditions d’emploi pour la jeunesse, ni même à inspirer cette dernière, qui a besoin de modèles pour se tourner vers l’entrepreneuriat. Le Cameroun dispose de tous les atouts nécessaires pour se poser en pays phare en Afrique. Devoir se mesurer à la Guinée équatoriale et au Congo-Brazzaville en dit long sur son état de décrépitude. Il n’est pas exclu que les chefs d’État voisins s’interrogent sur cette descente aux enfers camerounaise.

Les autorités envisagent-elles l’alternance politique ? Y a-t-il une prise de conscience de son inéluctabilité ?

Le système repose sur un seul individu. Si Biya était suffisamment bousculé, il pourrait l’envisager, organiser des élections démocratiques, transparentes et crédibles. Il dispose de tous les outils de pouvoir pour freiner cette alternance s’il ne la désire pas. Reste à savoir si pareille position est tenable sur la durée.

Des élections ont eu lieu récemment au Tchad, au Congo-Brazzaville et en Guinée équatoriale. À chaque fois, les sortants ont été reconduits. L’Afrique centrale est-elle réfractaire à l’alternance ?

Toutes ces élections ont été plus ou moins problématiques. En Afrique de l’Ouest, l’alternance est devenue la norme : treize des quinze pays membres de la Cedeaosont dirigés par des chefs d’État ayant accompli deux mandats au maximum. Les dirigeants d’Afrique centrale ne semblent pas avoir intégré le concept de l’alternance, bien qu’ils s’affichent comme démocrates. Dans le cas du Cameroun, c’est d’autant plus frustrant qu’on a expérimenté le multipartisme bien avant l’avènement du parti unique.

Mais il n’y a pas eu de problème majeur en Guinée équatoriale…

Je serais en mal de porter un jugement spécifique. Je n’ai pas été sur le terrain. Mais des opposants ont été arrêtés. Quoi qu’il en soit, est-il raisonnable, au XXIe siècle, de remporter des élections avec des scores de 80 à 97 % ?

Vous venez du Gabon. L’élection présidentielle, le 27 août, s’annonce délicate.

Les différents acteurs semblent vouloir le dialogue, mais s’accusent mutuellement de blocage. Le président Ali Bongo Ondimba affirme avoir convié sans succès des leaders de l’opposition à des discussions. Lesquels soutiennent n’avoir reçu aucune invitation formelle. Ils doivent se parler. C’est essentiel pour la crédibilité de cette élection à un tour. Nous avons fait des recommandations. Par exemple, un médiateur pourrait être désigné : le médiateur de la République, des responsables religieux, une équipe ad hoc de personnalités respectées… Il est important que les Gabonais voient leurs leaders se parler. Si ces derniers devaient continuer à se vilipender par médias interposés – d’autant que les attaques sont essentiellement personnelles –, on se dirigerait vers de très vives tensions.

Une élection peut remplir techniquement toutes les conditions permettant de la juger démocratique, mais si les citoyens n’y croient pas, cela ne sert à rien

Compte tenu des dispositifs mis en place, s’achemine-t-on vers des élections démocratiques au Gabon?

La réalité et la perception qu’on en a sont deux choses différentes. Une élection peut remplir techniquement toutes les conditions permettant de la juger démocratique. Si les citoyens n’y croient pas, cela ne sert à rien. Nous avons recommandé aux autorités gabonaises de  renforcer la confiance des populations en leurs institutions. Nous prévoyons une deuxième mission à Libreville avant l’élection présidentielle pour approfondir les points abordés. Et persuader chacun des candidats de respecter les règles du jeu et faire preuve de fair-play.

Un autre pays vous préoccupe, la RD Congo…

C’est un pays qui préoccupe même en temps normal. Vaste, avec un voisinage qui lorgne ses richesses, des groupes rebelles incontrôlés, il fait face actuellement à une crise politique et institutionnelle. Il y a un débat sur la légitimité du président Kabila à demeurer à la tête du pays après son mandat et sur la prolongation de la période de préparation des élections. Il faut s’attendre à de grosses difficultés. Pourvu que le pays ne dérape pas.

Les États-Unis semblent s’accommoder de l’état de la démocratie en Afrique. Si Hillary Clinton était élue, pourrait-on s’attendre à des changements dans la politique africaine de Washington ?

Barack Obama ne s’est pas accommodé des autocraties. Il a encouragé la bonne gouvernance, a eu des gestes symboliques forts, notamment en choisissant de recevoir à la Maison Blanche certains chefs d’État africains pour manifester son attachement à ce principe. À son arrivée, il avait plaidé, à Accra, pour la primauté d’institutions fortes sur les hommes forts. À son départ, en janvier 2017, il y aura malheureusement davantage d’hommes forts. Nombre de ses belles idées n’ont pas été suivies d’effet. Face à l’hostilité du Congrès, Obama s’est peut-être montré timoré pour ne pas donner du grain à moudre à ceux qui s’interrogeaient sur son « américanité ». Hillary Clinton, elle, aura une plus grande liberté de mouvement. Elle ne traîne pas la même filiation et entretient de meilleures relations avec le Congrès. Et le soutien qu’elle reçoit des communautés afro la poussera sans doute à faire plus attention à l’Afrique.

Jeune Afrique

Read More

La justice camerounaise dénonce le problème du respect des droits de l’homme [+audio]

Related Articles

L’assemblée générale du barreau du Cameroun vient de publier un rapport décriant la situation précaire des droits de l’homme au Cameroun.

Selon le rapport, il existe de nombreuses obstructions aux libertés d’expression, la corruption et les détentions abusives au Cameroun.

Reportage Moki Edwin Kindzeka à Yaoundé pour VOA Afrique.

Les rapports selon les études menées à partir de 2015 dénoncent les conditions de détention “choquantes” dans toutes les prisons du Cameroun.

Selon Maitre Simon Pierre Eteme Eteme, président du projet barreau gouvernance État de droit au barreau du Cameroun, les prisons construites pour recueillir 16 000 détenus au Cameroun comptent déjà plus de 28 000 prisonniers.

Construit pour 2 000 prisonniers, la prison centrale de Yaoundé Kondengui compte déjà plus de 4 000 détenus et 70% sont en détention préventive, une situation dénoncée par maitre Simon Pierre Eteme Eteme.

“De nombreux écarts existent encore sur des questions de droits à la vie, notamment sur la torture et le problème de la privation de la liberté reste une vraie endémie, on va en prison pour rien et on y reste”, a-t-il expliqué.

Le rapport soulève également le manque de liberté d’expression, lesinégalités dans l’accès au travail, la pauvreté, la corruption, et le manque de transparence dans le processus électoral.

Les avocats camerounais demandent le travail en synergie avec les autorités publiques afin de combattre tous les abus au droit d’homme.

VOA

Read More

L’Assemblée nationale vote le nouveau Code pénal

Related Articles

C’était au cours d’une séance plénière particulièrement longue mercredi à l’hémicycle du palais de Verre de Ngoa-Ekellé.

Les débats auront été particulièrement houleux mercredi à l’hémicycle du palais de Verre de Ngoa Ekellé où les députés, réunis en séance plénière ont examiné le projet de loi portant Code pénal. Des débats qui ont porté sur certaines dispositions du texte présenté par le gouvernement. Le premier point d’achoppement a porté sur l’article 127.

Les élus y voient une immunité qui est accordée aux membres du gouvernement à travers le Code pénal. « Non » a répondu le ministre d’Etat, ministre de la Justice, garde des Sceaux. Laurent Esso a souligné qu’il s’agit d’une disposition qui découle de la délégation de pouvoirs du président de la République aux membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions.

D’autres aspects débattus en plénière ont porté sur la question de la pénalisation de l’homosexualité pour laquelle Laurent Esso s’est étonné de ce que l’attention des députés ne porte que sur la « faiblesse » de l’amende pécuniaire. Le ministre d’Etat a indiqué que les personnes reconnues coupables de ces pratiques risquent bien entre six mois et cinq ans de prison. Autres sujets, la dot, l’adultère, la filouterie de loyer…

A chaque fois, le représentant du gouvernement a apporté des explications qui ont permis de ramener la sérénité et le calme au sein de l’hémicycle. La question de la peine de mort n’a pas été oubliée dans un environnement où de nombreux Etats militent pour son abolition. Laurent Esso a alors rappelé le contexte de lutte contre le terrorisme dans lequel vit le Cameroun en ce moment pour justifier que cette peine soit maintenue dans le Code pénal du Cameroun.

Au final, l’ensemble du texte gouvernemental a été approuvé à l’issue de ces travaux présidés par le Très honorable Cavaye Yeguié Djibril, président de l’Assemblée nationale. Il reste maintenant l’étape de l’examen par le Sénat qui est prévue dans les prochains jours.

Cameroon Tribune

Read More